Ils Moissonent Quoi Tu Repands

juin 3, 2007 at 1:36 (famille, Mon Avis, Poesie, psychologie, rapports, sexe, Société)

Je t’appelle
De loin place
Tu ne le vois pas
Sauf mon corps
Retournes-toi
Ne m’abandonnnes pas
Tu ne sens pas
Cette vie
Dans moi
Me l’as donné
Apres la nuit
Tu m’as dit
Je t’aime beaucoup?

Continues-toi jeter
Ton amour
Aux autres femme
À même temps
Cette vie de ton chaud
Commence croître
Serai
Un humain
Cherchant
Son Père
Tu ne sens rien
De toi
Il est dehors de
Ton plaisir?

Sans amour d’un père
Et ils dissent
Ce qu’il se passe ça
Les enfants chassent avec feu
Les pères d’autres humains.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :