Le Pomme de Terre

août 20, 2007 at 6:45 (Poesie)

Le pomme de terre
Se cache loin d’air
Modeste sous le sol
Tu ne vois pas son peau.

Mais à monter au lumière
Se tourney nu à tes mains
Tres content à partir du terre
Devenant du jour ton pain.

Il est temps
Connais-toi ceux-la
Au dépit du ses moins
Ses energies tu bois.

Permalien Laisser un commentaire

Ils Moissonent Quoi Tu Repands

juin 3, 2007 at 1:36 (famille, Mon Avis, Poesie, psychologie, rapports, sexe, Société)

Je t’appelle
De loin place
Tu ne le vois pas
Sauf mon corps
Retournes-toi
Ne m’abandonnnes pas
Tu ne sens pas
Cette vie
Dans moi
Me l’as donné
Apres la nuit
Tu m’as dit
Je t’aime beaucoup?

Continues-toi jeter
Ton amour
Aux autres femme
À même temps
Cette vie de ton chaud
Commence croître
Serai
Un humain
Cherchant
Son Père
Tu ne sens rien
De toi
Il est dehors de
Ton plaisir?

Sans amour d’un père
Et ils dissent
Ce qu’il se passe ça
Les enfants chassent avec feu
Les pères d’autres humains.

Permalien Laisser un commentaire

Philosophisant

avril 8, 2007 at 7:37 (Mon Avis)

Le limite d’intelligence d’hommes est l’assurance de que souvent il y aura quelque chose existe ce qu’il se ne connait pas par hommes d’oú ils existent dehors d’experience et pas completement comprends, le connaissance a priori. L’hommes peuvent soupçonner comme factual mais non toucher par les senses. Ou par science.

Ne pas laisser hommes se trompent que tout vrai et factual se peut saver absolument par l’experience, qu’ils savent et perçoivent par les cinq senses. Combien fois vous avez creé quelqu’un sans voir ce qu’il l’a dit? Donc l’empiricistes prefièrent limiter le connaissance d’hommes à ce monde terminal alors que il se contiens dans les rêves où on peut aller aux etoiles et l’Origen de tout.

Permalien Laisser un commentaire

M’en vas-toi, la Colère!

février 2, 2007 at 10:26 (Prose Créative)

34965735661.jpg 

 

Quand je travaillerais effêtement et avec joie, afin que je obtiendrais mes projets, tu me fisse perdre mon enérgie et le clarté de la perception.

Quelqu’un, guerissez-moi de ma malade intèrieuse et serieuse. Tiens, la colère qu’elle me vient à le plus petite des provocations. Souvent je pensais ce qu’il est mon droit que je jette quelqu’un qu’il ne me plaît ou me donne un mal coup d’œil. Je désire me nettoyer mon corps du fureur, le type que brûle furieusement dans les flammes rouges et songe à bocarder le provocateur comme il soit fait des briques.  Mon tremblement du cœur bouillant, qui m’a volé le paix du mens et m’a detruit mon humanité.

Tiens-toi la  gentilesse à liberer-moi de tes chaînes.  Je te deteste beaucoup! Je te punirai sevèrement! Tu te va périr dan ta conflagration. En ce cas, quitte-moi en paix maintenant. Si ne me ecouterais, je vais traverser le Rubicon à notre désintegrer.

Attends, qu’est ce qu’il sont que j’ai dit? Je suis en tort.

Le seule manière d’ecraser mon fureur est ce que je m’arrête haïr même-moi et leur. Je dois commencer à aimer même-moi et leur. Seulement moi est l’homme qui peut me liberer d’être le prisionère de la colère. Je n’ai pas rien de la force qui je lui peux utiliser afin que je l’eloigne.

Je gagnerai le battaille contre colère avec pas du pouvoir de ma volonté, mais seulement avec la faiblesse de mon cœur.

© 2007 Solangeart Tout-lisant

Le Cri de l’Ame

Permalien Laisser un commentaire

Être avec Elle

janvier 14, 2007 at 7:56 (Poesie)

S’arrête de courir le temps
Je commence à voir
L’etoiles et galaxies
Dan les yeux d’Elle
Mets-toi fin à
Etre le poète
Pour une fois
Me reprimande
Pour que
Je fais de vrai
Cette emotion
Je tiens le main d’Elle
Ce que je desire
Serer
En le Ciel.

Permalien Laisser un commentaire

Belle Langue, Mauvais Mœur

janvier 1, 2007 at 5:45 (Mon Avis)

Je souviens de l’histoire raconté par mon professeur de français sur le temps où il a appelé  à l’ambassade française à Philippines.  Il l’a demandé d’un programme au consul par telephone.  Cet homme français parlait trop vite.  C’est la raison ce que le professeur ne le comprendait pas bien.  Alors, il l’a dit avec courtoisie à parler un peu lentement.

 

Quoi fut-il, le consul? Il a parlé ses mots un à un tres plus lentement, ça manière ce qu’il a mis en colère le professeur.

 

C’est vrai ce que les parleurs d’une belle langue ont en excès d’arrogance? Et ils montrent son air du supériorité aux les ce qu’ils ne sonnent pas semblablement?

 

Comment y a-t-il une comprehension entre l’humains s’il y aurait beaucoup de chauviniste?

 

J’ai lu quelquepart sur l’idée de que le français veuille civiliser le monde entier, au moyen de propager la langue française.

 

Je crois que l’art, l’haute couture, la cuisine, et le culture français font mieux la civilization humain. Mais, si du people se porterai comme les nazis, bon, un jour vendrai quand personne n’aimerai jamais quelquechose français.

Permalien Laisser un commentaire

Quand Vas-Toi Aimer?

novembre 19, 2006 at 12:23 (Poesie)

Après ma cherie
Je me rendais compte
Elle aimais
Partai.

Après ma vieille mère
Vivais loin de moi
Seule
Finalement fermai ses yeux.

Après un handicappé
Me suppliais avec sa face
Sortai sur sa chaise roulante
Cherchant l’espoir dans les autres.

Après mon vrai ami
Confiais en ma confiance
Mon egoisme faisais mal à lui
Arretai de parler avec moi.

Lorsque j’allais aimer
Il y avait personne ici
Qui sentirai un morceau
De ma gentillesse.

Permalien Laisser un commentaire

Les Soldats Americains à Irak

novembre 11, 2006 at 10:43 (Poesie)

2921831246.jpg

Les enfants attirés avec la tarte

Democratie aux coins loins du Monde

Pourquoi leurs vieux ont le coeur à faire ça?

Donnant les au Minotaure.

 

 

Ils ne savent pas

Leurs avidité pour l’or noir

Pendant l’alliance fait le preparation

Pour le guerre mondiale troisieme avec Israel.

 

 

Ils sont les sacrifices du societé des Etats Unis

Pour transférer les jeunes pauvres au dehors du Rêve Americain

Seulement les pauvre meurent d’envie de mourir pour le patrie

Plus que les riches?

 

 

Le Simple Mens

11 Nov 2006

Permalien Laisser un commentaire

Le Deconstruction de Monsieur Jacques Derrida

novembre 11, 2006 at 10:00 (Poesie)

1239190610.jpg

Il a expliqué beaucoup de sa nouvelle idée

Aussi il n’en a pas pu décrire brevement

Son contre-philosophie s’a dispersé comme une maladie

Devenant le remède contre le tyrannie du disant absolument.

 

Comment croit-on ce croyant

Quand on doit mettre ses declarations en différance?

C’est sous erature lorsque il renait où se confiant

Il n’a pas perçu l’oppositions dans sa séance?

 

Sa doctrine bien s’apprends d’autres

Que lisant ‘De Grammation’ traduit par Spivak

J’ai beaucoup de respect à l’auteur

Dans la personne mysterieuse du monsieur Jacques.

 

 

Le Simple Mens

12 Nov 2006

Permalien Laisser un commentaire

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.